La consultation Rossignol sur la protection de l'enfance

 

 

 

Réformer la protection de l'enfance ?

Laurence Rossignol, ministre de la famille, vient d'engager une consultation sur la protection de l'enfance.

Ce dossier vise à cerner les termes du débat qui va s'engager, à clarifier les objectifs et les moyens à suivre pour les tenir, mais aussi à alimenter les réflexions sur un thème d'une plus grande complexité qu'on le croit communément.

Indéniablement le drame de la petite Marina sert de déclencheur, mais observons qu'indépendamment se posait la question des limites sinon des blocages de la loi Bas du 5 mars 1997 qui avait entendu rénover - et pas révolutionner - la protection de l'enfance. A l'époque avec Claude Roméo nous avions lancé un Appel pour clarifier les responsabilités, permettre le partage d'informations entre professionnels, améliorer les droits des enfants. Globalement le texte a répondu à nos attentes malgré ses points de faiblesses. Sa mise ne oeuvre a été difficile car il est exigeant - le projet pour l'enfant par exemple est plus qu'un document administratif- et a pâti de sa conception et de sa naissance avec son adversaire devant président de la République. Ne jamais oublier l'histoire!

Tout simplement une autre étape doit être franchie en évitant de jeter l'opprobre sur les acteurs.

Qui plus est dans un contexte de bing-bang institutionnel annoncé. Où sera positionnée demain la protection de l'enfance?

Des réformes techniques s'imposent qui peuvent être législatives, mais l'essentiel est ailleurs : engager un travail sur le long terme - 5 ans - pour changer les esprits et les représentations d'une ASE qui a encore les images de l'Assistance publique ou la DDASS qui lui collent à la peau. Ce n'est pas le moindre des paris à gagner pour Laurence Rossignol

Le souci premier est de repérer au mieux et au plus tôt les enfants en difficultés mais surtout de prévenir qu'ils le soient jamais. Autres épines du sujet : que faire pour les enfants roms qui vivent dans des conditions abominables à quelques encablures des services sociaux ? Sans parler du dossier Mineurs étrangers isolés qui ne fait pas que poser un problème financier

Nous avons le matériau humain, financier, technique et politique pour franchir ces obstacles si l'on demeure de bonne foi et rationnel. Comme proposé par la ministre il faut déjà entendre la parole des principaux concernés: ceux qui ont vécus ce dispositif : enfants et parents.

Engageons le travail ou plus exactement poursuivons le travail.

JP Rosenczveig, membre du comité de pilotage de la réforme

28 octobre 2014

 

 

4 documents au 28 octobre 2014

 

  1. Le rapport sénatorial Dini-Meunier
  2. La proposition de loi Dini-Meunier
  3. A quel prix réformer la protection de l'enfance ?, JP Rosenczveig - Claude Roméo, octobre 2014
  4. Réformer la réforme ? Pierre Verdier, in JDJ novembre
  5. Position de l'ANAS